Borali - A story about street heritage

Tu les vois arriver ou pas mes articles et vidéos: « pourquoi il faut absolument avoir un pantacourt pour être stylé en été »

:face_with_hand_over_mouth:

@Zohan meme à ça je suis entre 2: pas assez musclé ou pas assez gros :sweat_smile: (quoiqu’on ma encorz demande si je vendais les photos de mes pieds :joy:)

2 « J'aime »

Mais voilà une idée de financement de Borali !

3 « J'aime »

Les chaussettes sales ça fonctionne aussi :man_shrugging:t2:

Même si elles font des plis ? :thinking:

9 « J'aime »

:rofl: ouais du moment qu’elles puent bien c’est ok.

Le problème de tréso ne serait-il pas en partie résolu si Borali était distribué en wholesale en France et à l’étranger (à supposer que vous trouviez suffisamment de distributeurs) ?

Pour le moment, la marque dépend uniquement de ta portée sur les RS, avec une distribution D2C qui la bride encore plus.

90+ % des marques que tu kiffes et qui marchent procèdent en wholesale. Le D2C ne venant qu’en complément. Un flagship s’avère parfois même dispensable (ex : Arpenteur).

Que faudrait-il pour se lancer en wholesale ? Une petite collec à montrer en salons d’expo ? Des agents pour les marchés étrangers ?
Pour la petite collec/capsule destinée à convaincre les distributeurs : elle pourrait en partie se reposer sur des articles déjà éprouvés (jeans/pantalons, veste FLJ, accessoires) et s’étoffer de protos (noragi, pulls, sweats, outerwear, autres accessoires) qui seraient ensuite finalisés si la demande des distribs suit. Dans ce cas, les dépenses se limiteraient aux honoraires du patronnier, aux matériaux (petites quantités), à la confection des protos, et aux frais d’exposition. Ne serait-ce pas plus abordable pour vous, en l’état actuel de vos finances ? Ou mon scénario ne tient-il pas la route ?

9 « J'aime »

Merci pour le message et la transparence. Ca doit pas etre facile d’exposer ses soucis et les doutes…

Bon courage a vous ! Vous avez tout mon soutien

Je pense que tu as mis le doigt sur ce qui vous ralenti : ne pas etre assez sur Borali. Avec de nouveau bureau, vous aurez un espace de travail ca s’arrangera .

Entourez vous bien pour le dossier bancaire afin de mettre toutes les chances de votre coté

Vive Borali !

1 « J'aime »

Il s’agit de proposer du Borali dans des shop multi marques ?
Honnêtement pour être passé par là, tu marges plus rien quand tu déposes ta came en shop. C’est plus de la visibilité à mon sens.

Multimarques, oui.
Ce que tu perds en marge, tu le compenses par les quantités écoulées.
Avec l’avantage de ne pas avoir à gérer l’acte de vente final et les stocks. En plus de bénéficier d’un planning financier plus lisible (tout se règle ~1 an avant la sortie en boutiques).

90+ % des marques dont nous parlons ici fonctionnent ainsi, tiennent le coup financièrement (bon an mal an), et se développent. C’est un modèle éprouvé.
Ajoutes-y de la vente directement au client (D2C) via l’eshop de la marque et un éventuel flagship, et ça compensera un peu plus la marge réduite en wholesale. Encore une fois, quasiment toutes les marques dont nous parlons sur le forum procèdent ainsi. A contrario, seule une petite minorité s’en tire avec un modèle exclusivement D2C, parfois après plusieurs années en combo wholesale/D2C (ex : Drapeau Noir).

3 « J'aime »

Une des difficultés de passer par des shops multimarques, c’est la perte d’identité. Sauf à cibler des shops à l’identité forte au risque d’un nombre de ventes limitées (quoique par par rapport à des ventes plus limitées car uniquement en D2C, ce risque peut peut-être être considéré comme limité).

Le maillage territorial de ces shops me semblent également important (à mettre en rapport avec la/les zones de chalandise possibles/solvables), en complément.

Perte d’identité / de contrôle visuel, accords sur les soldes pas respectés, achats interrompus d’une saison sur l’autre (un distributeur n’est pas un partenaire éternel), etc.

Chaque modèle vient avec son lot de contraintes, limites, et défauts.

Il n’en reste pas moins que la distribution en multimarques permet à de nombreuses marques, petites et moins petites, de se maintenir financièrement dans un secteur économique sinistré. Le modèle n’est pas parfait, mais il fonctionne. Notamment pour des marques similaires à Borali, qui ont elles aussi dû débuter avec des moyens limités. Je me souviens par exemple du lancement de De Bonne Facture vers 2014, qui passait par L’Exception pour vendre sa micro-collection composée majoritairement d’accessoires Made in France. [Edit : après une brève recherche, les seuls distributeurs de DBF en France vers 2014-2015 étaient L’Exception et Merci. La marque a lancé son propre eshop dans la foulée, mais il ne devait pas générer la majorité des ventes. Grâce à l’enrobage Made in France, le plus gros marché de DBF était déjà le Japon … via des multimarques.]

5 « J'aime »

Oui, dans tous les cas, l’équation est complexe. Un distributeur n’est pas un partenaire éternel, c’est sûr. Sauf à prendre des billes dans ce distributeur, mais là aussi, on trouvera toujours des limites dans la vraie vie. J’ai dirigé une société pendant près de 6 ans (même si c’était dans un tout autre domaine) et mettre un pied là-dedans n’a rien de simple.

Nous n’avons pas de problème de trésorerie :slight_smile:

L’idée n’est vraiment pas du faire du wholesale à termes, ça ferait exploser les prix et nos difficultés actuelles sont justement incompatibles avec ce genre de distribution.

je vous ai dit ce qui n’allait pas, c’est à nous de s’entourer de la bonne personne pour avancer sur les idées et les matérialiser, c’est pour ça que que l’on va débloquer une enveloppe et développer la marque dans le sens annoncé u peu plus haut.

je vous partagerai plus tard ce que l’on a en tête comme « idéal » niveau modèle mais ce n’est pas de devenir une marque poussée à tous les shops possibles par un agent. J’ai entreaperçu ce milieu (et on y sera confronté avec le shop borasification), j’ai pas envie de ça.

Borali c’est autre chose et ça va aller si on continue à être convaincant sur nos idées (ça c’est le plus plus dur forcément ^^)

Je pense que, de part le modèle borali / borasification assez singulier, on peut trouver un schéma quelque part entre drapeau noir et Arpenteur dans la façon de développer la marque. Y a des choses à prendre dans ses 2 parcours :slight_smile:

et le wholesale en fait un poil partie, mais pas n’importe comment. Et pour ça, il faut déjà avoir plusieurs silhouette complètement et la nouvelle ligne de bijou sortie.

On a fait de belles choses avec seulement le blog et le compte insta comme relai, zero publication média, aucun papier, video ou même post d’un compte plus gros que nous. y a aussi à travailler là-dessus et c’est là, qu’un tout petit espace où l’on peut vendre quelque jour / semaine / organiser des popup égulier sera aussi utile.

merci à tous pour les mots :))

HS: si vous connaissez un mec ou une nana qui fait des études de videaste et qui cherche une altrnance, qui souhaite bosser sur du cotenu réseaux sociaux et de marque, vous pouvez lui dire de m’écrire :slight_smile:

20 « J'aime »
3 « J'aime »

Putain ce son :heart::heart::heart::heart:

2 « J'aime »

:ok_hand: Pourvu que ça vous convienne et que ça fonctionne, c’est bien là l’essentiel.

2 « J'aime »

Tu sais que j’ai failli mettre

« Ça va bien se passer » .p

Et j’ai eu peur du contre avec

@gilead esperons :pray:t3:

2 « J'aime »

L’aventure Borali me faisais toujours un peu penser à ZAWA Prod (boîte de production des streamers Dany et Raz), du à la communication et le lien avec la communauté. A part la qualité du produit c’est surtout pour ça que j’y adhère. Ils viennent de choper des locaux au moment où vous parlez d’en prendre et j’espère que ça vous fera que du bien! J’ai hâte de voir la suite ( et d’étoffer mes pants avec des Borali!)

1 « J'aime »

Encore aujourd’hui, DBF fait la majorité de son CA par le wholesale.
Quand ils avaient fait l’augmentation de capital ouverte au public, j’avais jeté un oeil au dossier par curiosité. Je n’ai plus le chiffre en tête mais je crois de mémoire me souvenir qu’ils font 2/3 du CA via le wholesale. Je crois me souvenir que c’est 15% le site internet et 5% la boutique rue Sedaine.

Je peux dire des bêtises sur les chiffres donc n’hésitez pas à corriger si vous vous souvenez des vrais chiffres mais je crois être dans les clous.

3 « J'aime »

L’avantage du wholesale c’est d’externaliser la relation clientèle.

L’avantage du 100% Direct to Consumer c’est de pouvoir contrôler l’expérience client. Si on a pensé l’expérience client avant… :smirk:

1 « J'aime »