DÉBAT (autour de la mode)

Ça rallonge le numéro c’est parfait.

1 « J'aime »

Ça, du coup, ça me pose moins de soucis
Si le reste de la tenue « compense » un peu le formalisme, pour moi, j’arrive à les passer en rdv
@AlexdeLyon y arrive aussi très bien je trouve (enfin je sais pas s’il le fait, mais arriver en rdv comme il les porte, ça pose aucun soucis je trouve)

1 « J'aime »

C’est une pièce que je n’aime pas perosnnlement, je me rends peut être pas compte, je vois ça lmite plus mal connoté que le short

mais je pense que tu arrives dans une majorité de taf en sandales, ça peut couiner, même dans des trucs plus cool

Je comprends aussi

Ça pour l’exemple, dans certains milieus / certaines circonstances, ça passe très bien à mon avis :
https://forum.borasification.com/t/outfit-of-the-day-part-4/7236/2986?u=chairbleue

https://forum.borasification.com/t/outfit-of-the-day-part-4/7236/2418?u=chairbleue

1 « J'aime »

Alors imagine les esprits libres qui peuvent porter un short à motif léopard au bureau.

3 « J'aime »

ah mais je suis d’accord avec toi depuis le début

tant que le mec ne faisande pas des pieds

quand je vois que des nanas quand il fait chaud peuvent être à moitié nue et que les mecs dans le même bureaux sont en chemise / pantalon / godasse

je me dis que la lutte pour l’égalité homme / femme n’est pas prête d’être gagné^^

1 « J'aime »

Après dans les deux cas vous vous l’êtes un peu interdit de vous même, et de l’autre côté le client s’est peut être aussi auto mis cette pression sociale

Si on se dit dans la tête que c’est absolument mort au final de le faire en rdv c’est que l’on accepte un peu non?
Ou que l’on accepte le fait que ce soit mal vu / perçu par la personne en face et que cela nuise à notre image, donc que cela soit socialement connoté négatif que le short en rdv soit trop détente pour parler business.

A côté c’est sans doute écrit dans une charte quelconque dans les entreprises remarque et là c’est mal barré pour changer.

« tenue correcte »

2 « J'aime »

Ce sujet du dress code au boulot est intéressant, déjà parce qu’il montre la différence d’exigence vestimentaire entre les genres (les femmes ont globalement plus de choix de pièces pour rester corporate), mais surtout parce que son existence même montre qu’il est illusoire de prétendre s’affranchir du fameux regard des autres.

Les changements d’exigences ne se font qu’à la faveur du temps long et du concours d’une écrasante majorité qui les applique - la mort du costume par exemple.

En attendant, même quand l’entreprise est ouverte d’esprit, même quand tu n’as plus rien à prouver (je dis « tu » pour parler de façon générale, pas pour m’adresser à quelqu’un en particulier) : tes sapes traduisent ce que tu souhaites communiquer comme image de toi à tes collègues.

Je souhaite à tout le monde de pouvoir être plus libre d’esprit avec ses sapes et de pouvoir venir au taf en short, mais à partir du moment où ton collègue d’en face débarque en pantalon chemise pendant que tu viens en monkey shorts, la différence d’image sera là et tu ne peux rien y faire.
La seule question restant de savoir si ta place dans la boîte te permet d’assumer cette différence d’image sans conséquences - et là on élimine déjà tous ceux qui n’ont pas un minimum de bouteille.

La problématique est encore plus forte pour les métiers en contact avec des clients/fournisseurs : dans ces situations, tu incarnes une norme qui n’est pas la tienne mais celle d’une image d’entreprise. Et ça a beau être un contexte professionnel qui s’est franchement décoincé le fion en une dizaine d’années (je sais de quoi je parle), il reste soumis à quelques règles arbitraires effectivement. Je sais particulièrement de quoi je parle (bis) dans l’industrie notamment : si tu sors de la norme (par ton physique par exemple), tu as tout intérêt à y rerentrer au maximum via tes sapes pour pas passer pour un con.

7 « J'aime »

J’aurai du mal à parler en interne d’entreprise … parce que là où je bosse, on fait bien comme on veut.

En revanche, comme tu le dis @PeecTur , et là où @The-Joker met aussi le doigt (en tout honneur), c’est le rapport au client et au final ce qu’il attend de toi. C’est du non dit, mais c’est bien présent.
Au-delà même de l’image d’entreprise, je pense que le client qui est prêt à te filer de la tune pour que tu bosses pour lui, encore plus si ton boulot doit en parti produire quelque chose qui va le représenter, le définir, donner alors une image de lui, etc … et bien il a une attente « d’identification » à travers toi et ce que tu renvois.

Sur ces sujets, j’ai quelques annecdotes chelou … :

  • Entre le mec mandataire qui me dit avoir gagné un contrat « grace » à ma bagnole parce que le client m’a vu arrivé …
  • Celui qui, en rendez-vous de chantier aurait été prêt à se frotter contre ma jambe parce que « le béret c’est trop chouette, mais j’ose pas » et qui me prend en photo …
  • A l’inverse, croire que parce que t’es un minimum « entretenu » (pour pas dire sapé ou truc du genre) croire que t’es exclusivement un bureaucrate …

… bref … des trucs qui perso me font rigoler (tant que j’ai de quoi travailler et vivre …)

4 « J'aime »

Ça rejoins ma définition perso de l’élégance : s’exprimer et être soi-même sans mettre mal à l’aise autrui (par son décalage, ses manières ou en abusant de son capital, qu’il soit social ou culturel). C’est valable bien au-delà du vêtement.

Ça impose nécessairement de s’adapter à l’ambiance de son taf. Sans pour autant s’effacer — ce n’est pas le but.

Et ça impliquera forcément de l’autocensure. Ce n’est pas un mal en soi.

J’ai un style sarto, que j’ai eu dans un cab de conseil parisien (ambiance costume cravate tous les jours), comme dans une boîte d’ingénieurs de province. Dans un cas, je ne venais pas en jeans sauf l’es vendredi. Dans l’autre, je ne me ramène pas en trois pièces.

Le but c’est quand même d’être soi sans trop de décalage avec le milieu environnant. Ni trop se fondre dans la masse.

3 « J'aime »

Vraie question : est-ce que la mesure est de l’autocensure ?
Ca peut être mince comme différence, mais perso, j’en vois une quand même

1 « J'aime »

C’est une excellente question.

Je dirais qu’on est dans de l’autocensure si on a pas d’alternative satisfaisante autre que de suivre une règle implicite.

Pour revenir à mes exemples

  • dans le cab parisien, l’autocensure aurait été de devoir vraiment suivre le style local, donc des costumes complets chiants (et ajustés). À la place, j’ai porté moult dépareillés, et pièces un peu vintage.
  • dans la boîte d’ingénieurs, l’autocensure aurait été que je doive lâcher la cravate et les vestes pour du jean-tshirt. Ça m’aurait vraiment fait chier. À la place j’ai adapté mon style avec un peu plus le côté heritage/workwear/mix sarto-casu.

Comme me disait en off Nicolò en parlant de fringues : l’expérience marketing fait partie intégrante du produit que t’achètes.

C’est probablement le cas pour ce qu’on vend à nos clients : la forme en fait partie, y compris la façon dont on (se) présente visuellement. C’est comme ça, c’est un biais et faut faire avec, tant que le client n’est pas d’une fidélité absolue et nous connaît assez pour s’en foutre.

Pour moi c’est évident. Mais c’est pas très grave en fait, ça dépend d’à quel point on charge de sens le mot autocensure. Tu débarques pas en full Yohji sur un chantier mais ça t’empêche pas de te saper sans te déguiser en quelqu’un d’autre.

Clairement y a des mecs au bureau, je ne veux pas voir leurs jambes poilues et leurs orteils dégueulasses^^.
Pour les femmes y a rarement (pour ne pas dire jamais) ce pb.
Donc les shorts au bureau et les espadrilles pour les hommes, ok, à condition d’une visite chez la/le pédicure régulièrement ! :laughing:

3 « J'aime »

Ça m’étonne pas du tout. Dans mon ancien taf on avait changé de véhicule de fonction pour passer à du haut de gamme, parce que débarquer en Scénic pour signer un contrat à 12 millions c’est franchement pas ouf en termes d’image.

C’est plus facile de contrecarrer cette croyance dans ce sens-là plutôt que de devoir convaincre que t’es pas un plouc quand t’es en Adidas pourries à une réunion de kick-off ! Je pousse le trait mais bon

pas très bodypisitive tout ça ^^

1 « J'aime »

Respectes mes poils stp :rage:

1 « J'aime »

C’est vrai, mais si tu y arrives en revanche, t’as gagné un poids incroyable dans le game. Le client te lache bien plus difficilement. Si tu y arrives, c’est que t’as réussi à le convaincre en ayant passé cette barrière. Il considérera pas tes prochaines interventions pareil.
(… évidemment c’est pas automatique … et ça ne vaut pas pour tout le monde et tous les cas …)

Sans parler de fringues, c’est la même chose avec l’âge. Un jeune gars qui gère une boite est souvent toisé par ses pairs plus anciens sans aucune raison le plus souvent … juste pour l’âge et pas pour des raisons de compétences.
Dans le bâtiment, c’est encore vrai aussi avec les ploucs qui s’en prennent aux nanas …

2 « J'aime »