Podcast dans les oreilles

Merci pour ces podcast.

La mythologie que Lovecraft a mis en place a des ramifications extrêmement vastes et variées dans la SF, l’héroic Fantasy, parfois le cyber punk et le genre horrifique type Alien / Hans Ruedi Giger ou le brillantissime The Thing de John Carpenter. On pourrait en citer des centaines d’autres.

Difficile de passer à côté tant les références à ses mythes sont légion dans la pop culture, de façon consciente ou non. Sans parler de Chtulhu, l’imaginaire lié à des divinités stellaires en sommeil depuis des millénaires dans les tréfonds de la terre et attendant leur heure ou en manipulant les hommes, et dont la simple vision plonge ces derniers dans la folie est profondément ancrée.

L’indicible était un concept flou mais diablement efficace, et Lovecraft était exceptionnellement doué pour rendre compte du sentiment mêlé de terreur et de fascination virant à la démence qui prenait ses personnage face aux indescriptibles visions d’horreur des démons du passé. Dans un sens il donnait corps à l’expérience du sublime, dans sa dimension « Kantienne ».

Pour autant, il revient sur le devant de la scène de façon très controversée, avec le débat très contemporain sur la séparation entre l’auteur et son oeuvre (cf → Polanski). Je ne sais pas si certains d’entre vous ont relu récemment ses bouquins avec un oeil neuf, mais le racisme et l’antisémitisme de l’auteur sont vraiment, vraiment palpables dans ses pages.

J’ai vu des articles appelant au boycott des jeux ou produits dérivés de l’univers de Chtulhu. Je n’ai pas envie de me positionner dans un débat qui va largement dépasser le cadre de Lovecraft, mais il faut quand même rappeler que toute l’oeuvre de l’auteur était motivée par la peur : peur de l’étranger (il décrit souvent dans ses livres l’effroi que lui inspire le remplacement dans les villes américaines des populations blanches par des hordes d’étranger impis et basanés -c’est écrit textuellement comme ça je n’invente rien-), peur du déclassement de l’occident, peur des juifs, avec une tendance forte pour l’isolationnisme…

Sachant ça, je suis toujours autant fasciné par son oeuvre. Pour moi c’était une découverte majeure qui a influencé très durablement mon imaginaire.

2 « J'aime »

« c’est d’ailleurs grâce à lui que je suis devenu antisémite. » ⸮ :grimacing:

Ils en parlent bien dans blockbuster justement.
En gros, pas besoin de brûler ses œuvres, mais c’est bien de le savoir.

3 « J'aime »

En fait ce qui m’ennuie dans ce débat c’est que ça a une certaine tendance à infantiliser l’humain face à une œuvre, je m’explique.

Considérant Celine comme mon écrivain préféré, la séparation de l’œuvre et de l’artiste a été un sujet auquel j’ai été confronté très tôt (d’autant que je trainais avec des anarchistes et des trotskistes étant plus jeune), personnellement je pense que c’est un débat un peu vide, du moment que les considérations haineuses ne transparaissent pas dans l’œuvre je ne vois pas pourquoi s’interdire de l’apprécier - d’autant que dans le cas de Céline ca n’est arrivée que dans « Bagatelles pour un massacre » qui est très clairement son plus mauvais et de loin, c’est pénible et poussif.

Dans le cas de Polanski qui est souvent mis en avant, c’est encore plus simple : ses œuvres ne comportent aucune allusion à de la pédophilie et le début de polémique autour de Dreyfus était vraiment de mauvaise foi, jamais il n’a comparé son histoire à celle-ci.
Après est ce que les Césars ont été cons de le mettre en fanfare et d’en faire presque un symbole de résistance pendant une période à ce point crispée ? Oui, clairement oui, et c’est pas la première fois qu’ils se comportent ainsi.

Enfin Lovecraft j’avoue être un peu loin de tout ça, j’ai lu beaucoup de ses livres mais ça ne m’a jamais parlé et c’est vraiment un univers qui ne m’attire pas. Mais force est de constater qu’on le retrouve énormément dans l’imaginaire collectif et que les traces d’antisémitisme et de racisme en sont totalement absentes, preuve que l’humain est capable de ne conserver que le meilleur et le plus parlant d’une œuvre.

C’est précisément ça qui me chagrine car on part directement du postulat que les gens sont trop cons pour prendre du recul et vont être influencés directement. Comme une sorte de lecture chrétienne où le diable va forcément corrompre leurs esprits.
Quand bien même l’œuvre est « problématique » je pense que la positionner dans un contexte et avec des informations sur l’auteur et l’époque permet de mieux appréhender et considérer ce à quoi on est exposé. Je prends par exemple ce que tu écris ici :

C’est hyper intéressant car ça permets d’expliquer la thématique récurrente qui parcourt ses écrits et ça lance un autre débat ; l’interprétation. Chacun est libre d’interpréter comme il le souhaite, et le danger d’apposer des codes moraux de manière anachronique a tendance à ne mettre en lumière que le mauvais côté d’une pièce. Si on regarde 'L’Antre de la Folie" de John Carpenter, qui en terme d’idéologie est à l’opposé de Lovecraft, il arrive à transcender l’outil de base pour délivrer une œuvre personnelle où la peur du personnage prend ses racines dans l’angoisse qu’a Carpenter face à ses propres limites créatrices.

Tout ça pour dire que je trouve dommage de se priver de lectures et de visionnages d’œuvres par incompatibilité idéologique, si j’avais dû ne jamais lire Céline car mes convictions sont à l’opposé du prisme politique ça aurait été un beau gâchis.

Sinon merci @romainsss pour tes suggestions toujours pertinentes de podcasts, je ne le dis jamais assez donc j’en profite :kissing_heart:

4 « J'aime »

C’est un débat assez systématique sur beaucoup de sujets, et je trouve saine et rafraichissante ta manière de l’aborder. Personnellement, Lovecraft est l’un de mes auteurs favoris, mais je marche souvent sur des oeufs en en parlant, on m’a en effet souvent balancé à la figure ses opinions racistes, sous-entendant qu’en aimant Lovecraft je validais tout le package qui allait avec. J’ai donc pris l’habitude d’anticiper et de bien faire comprendre que je connaissais tout le background du personnage mais que moi, ce qui me plaisait, c’est qu’on me parle de gros monstres à tentacules et de cités perdues dans l’atlantique.

Je participe à quelques groupes ou neurchis sur l’Histoire, et ce genre de débat peut dépasser le seul lien entre auteur sulfureux / oeuvre mais carrément impliquer une période historique. Je ne sais pas si certains d’entre vous ont déjà assisté à la violence des discussions qui peuvent accompagner des exposés de points de vue sur l’ère romaine ou napoléonienne. Ceux qui s’y intéressent sont très vite catalogués de « Neo-impérialistes, suprémacistes », voire de « faf misogynes et transphobes ». J’ignore l’origine de telles accusations, mais je trouve malsain que des discussions sur de simples périodes historiques (plutôt sympas au demeurant) soient à ce point polluées par des considérations idéologiques et morales légitimes dans un contexte actuel, mais ici sorties de leur contexte.

Mais tu as parfaitement raison de souligner que ce qui a été transmis et interprété de l’oeuvre de Lovecraft, c’est la meilleure partie, en laissant aux oubliettes tout le mauvais côté qui était très contextuel (je doute fort que ce soit le seul auteur raciste de cette période) qui a été déterré de façon opportuniste et anachronique.
Je suis en tout cas content que tu cites l’Antre de la Folie de Carpenter : quel génie ce film ! Dans la même veine, les Cronenberg sont extrêmement « Lovecraftiens » par essence.

Une pensée saine tout à ton honneur, à placarder dans les groupes de réflexion de tous bords idéologiques…

2 « J'aime »

Je te retourne le compliment :kissing_heart:

J’ai effectivement eu à faire à quelques discussions houleuses sur des sujets historiques, c’est clairement un niveau stratosphérique. Après l’Histoire cristallise beaucoup de tensions politiques de par son écriture donc je ne suis qu’à moitié étonné.

Sinon je suis tout à fait d’accord sur la dimension lovecraftienne de l’oeuvre de Cronenberg, où son obsession pour la chaire et la sensation organique traduite en langage cinématographique fait complètement sens. Si tu ne l’as pas vu je te conseille « Faux-semblants », la descente dans la folie des deux frères est absolument fascinante !

image

Pardon :sweat_smile:

2 « J'aime »

Je me fais ça ce soir alors ! Je suis justement en train de terminer « Frissons » du même Cronenberg (c’est un hasard) : pas mal du tout.

Excellent usage du ‹ That’s what she said ›, c’est un sans faute :slight_smile:

1 « J'aime »

Alors j’ai regardé Faux-semblants hier soir.
Merci du conseil c’était merveilleux !

Quel acteur incroyable. Dans la première moitié du film on sent très nettement les fortes différences de caractère qui singularisent les deux jumeaux, à tel point que le comportement gestuel, la démarche permettent de les identifier sans même qu’ils n’aient à parler.

Et on sent qu’ils vont progressivement vers une forme de fusion, telle qu’on ne sait plus qui est qui sur la fin, ils sont rigoureusement semblables.

Le thème de l’inceste fraternel est palpable en tout cas, et leur plongée dans la démence m’a mis dans une délicieuse angoisse.

Très bon film !

1 « J'aime »

Content qu’il t’ait plu !
C’est vraiment un de mes Cronenberg préférés, avec « Videodrome » et « A History of Violence ».

Ce film me fait pas mal pensé à « Crash » dans la manière qu’a la narration de nous plonger dans le malaise progressif.

1 « J'aime »

C’etait quoi déjà les states de mort des podcasts ? :grin:

Nan je deconne … je sais que @Qube est over booké :wink:

Je crois qu’il va faire parler de lui bientot, genre demain peut etre bien…

2 « J'aime »

Des choses intéressantes dans le dernier épisode de « Double-clic sur la mode » :

EDIT: :warning: PUA :warning:

Enfin rattrapé l’épisode 10 de WTS
Toujours un plaisir de sentir votre passion animer les débats.
Et ce fond de gazouillis d’oiseau chez @Boras pas pour le déplaire en fait, c’est assez reposant :sweat_smile: A investiguer pour la suite :wink:

2 « J'aime »

A ce propos, le retour de we talk sapes c’est quand ?

On vient d’en reparler aujourd’hui

il se pourrait

1 « J'aime »

Chuis un peu en retard mais merci pour ce partage, je me suis fait le premier de la liste, super intéressant pour le fan de Lovecraft que je suis. :+1:

1 « J'aime »

Toujours aussi fan du travail de Xavier de La Porte qui ici discute avec une créatrice de parfum qui explique son travail sur ordinateur.

1 « J'aime »

Voila, c’est la rentrée pour WTS, à la bourre comme d’hab’ ^^
C’est ma faute, pas mal de boulot pour le moment, mais ça devrait être plus régulier à partir de la semaine prochaine :slight_smile:

Comme je l’ai dit dans l’article si vous avez des suggestions pour cette nouvelle saison, n’hésitez pas, on note avec @RemsB et @Boras !

(Et attention l’épisode est long ^^)

Podcast WE TALK SAPE #11 – La rentrée (en retard) | Borasification

11 « J'aime »

Merde @romainsss a été pris de vitesse :see_no_evil: .

4 « J'aime »

Long, c’est à dire?
Ça va être bon pour le train ça :+1:t3:

2 « J'aime »

Hâte d’écouter ça ! Merci les gars, c’est toujours un plaisir de vous écouter échanger.

1 « J'aime »