Atelier Particulier - basiques sans intermédiaire

Pour ne plus avoir de HS

Si un membre peut m’envoyer une description digne d’un premier poste pour la marque

J éditerai :slight_smile:

1 J'aime

J’ai demandé à Orelsan son avis sur AP.

Ok, les gens les plus riches sont pas toujours ceux qui s’habillent le mieux (simple)
Les DNVB doivent mentir sinon tu n’achèterais pas chez eux (basique)
Si tu dis souvent qu’t’as pas d’problème avec le RQP, c’est qu’t’en as un (simple)
Faut pas acheter du luxe si tu ne connais pas la marge de la marque (basique)
Nos ateliers sont si cachés que tout le monde les connaît (simple)
Entre réduire la qualité, ou augmenter les prix, la frontière est mince (basique)
Les descriptions sont belles, ouais, méfie-toi du marketing (simple)

Basique, simple, simple, basique
Basique, simple, simple, basique
Vous n’avez pas les bases, vous n’avez pas les bases
Vous n’avez pas les bases, vous n’avez pas les bases

20 J'aimes

Dans un atelier étranger, t’es souvent étranger de toutes manières

1 J'aime

Pour revenir sur les gants AP, ils sont pas mal (attention c’est très habillé), mais je préfère largement mes Hestra tablecut en chaleur ou style (ok pas le même prix) et là je viens de prendre des gants en cerf fourré en lapin chez hungant qui sont dans les mêmes tarifs, je ferais un retour.

J’ai un peu porté les gants AP v2 l’année dernière mais j’ai arrêté assez vite car trop grands et j’avais peu qu’ils marquent les plis. Du coup je vais les revendre.
Et je vais chercher des modèles moins formels/sarto.

t’as demandé les « quirks » j’espère ?

Ils les font pas de base ?

Vous avez vu le teasing que fait AP pour sa collab avec Inis Meain ? Je suis curieux de voir ca.

c’est la vraie image du teaser ?

marrant qu’ils aillent voir une marque déjà faite par un « gros » du marché du bon RQP

Je ne peux pas garantir qu’il s’agit d’un visuel 100 % contractuel, mais ça a été publié aujourd’hui sur leur compte IG.

Un pull Aran en laine chez IM, ça va chercher dans les 300€ minimum. C’est un sacré saut budgétaire pour les clients d’AP.

Si seulement il était col roulé …

Si c’est avéré, pas fan. Je n’aime pas trop les successions de motif (vertical / horizontal qui plus est), des torsade classiques avec une jolie couleur m’aurait bien tenté.

Leur pulls en cachemire AP sont a 230 actuellement. Si ils jouent un peu sur le poids, la matière et/ou le tricotage (les pulls en laine Inis Meain sont très lourd de base), plus une coupe slim et courte pour utiliser moins de matière, c’est sûrement jouable a moins de 300.

Quand en vient à avoir un business modèle où tu vas devoir pondre des coupes illogiques avec le vêtement développé pour économiser sur les coûts

C’est dur

J’espère que ça n’est pas ça quand même ^^

2 J'aimes

Produit final :

(je vous dis pas comment j’ai été contraint de me rincer l’œil avec la recherche « cable knit crop top » :star_struck:)

11 J'aimes

Je connais un des fondateurs, je lui ai demandé un peu d’info

L’article de présentation est la, ils ont l’air pas mal ces pulls. Dommage d’avoir fait un col rond sur un gansey. Les manches boutonnées je suis pas sûr que ce soit hyper pratique.

Merde je venais tout fier en vous disant que j’avais eu accès au dossier de presse mais c’est tombé haha

Je kiffe bien le parti pris sur la « répartiton » des motifs

1 J'aime

C’est surtout un monceau de connerie.

Sur l’île, chaque famille possède un métier à tisser. L’isolement économique a amené les habitants à cultiver l’art de la débrouillardise. Et à développer leurs propres savoir-faire, en résonance avec leurs besoins.

Ainsi, les femmes de l’île confectionnent depuis toujours les vêtements de leur foyer. Des accessoires et petites mailles pour les enfants mais aussi des pulls robustes et chauds pour les hommes qui travaillent en mer ou dans les champs.

Sur chaque métier à tisser, au sein de chaque foyer, les femmes à l’ouvrage laissaient court à leur imagination. Chacune créait ses propres points de tricot. Un patrimoine qui perdure encore aujourd’hui, comme vous allez le voir.

Lol.

Car c’est un fait. Acheter Inis Meain, c’est s’offrir l’une des meilleures qualités de maille du monde . Mais c’est aussi un acte de contribution à la protection du mode de vie de l’île :

Non.

En effet, une partie des machines à tricots utilisées sont traditionnelles. Comme à l’époque. L’artisan doit donc intervenir manuellement entre chaque nouveau point tricot. C’est un travail exigeant de longue haleine.

Non.

C’est le mariage entre une entreprise passionnée d’artisanat – Atelier Particulier - et un atelier possédant un savoir-faire d’exception.

Non.

Franchement AP c’est désormais la pire marque en terme de marketing.