📸 Chambre Noire - Le topic de la photo

Que c’est cringe ce que tu raconte x)

1 « J'aime »

Chais pas. Elle était ok pour que tu la shootes ? Ou au moins a posteriori que tu publies une photo d’elle ? Parce que si non, c’est giga cringe le portrait volé au téléobj :grimacing:

1 « J'aime »

Heuuuuu

Bah quoi j’demande. :smirk:

Bah pour le coup le côté cringe c’est plutôt ta photo que la remarque de @ChairBleue . Hors contexte (et je précise bien cet aspect) comme ça, ça fait un peu photo creepy.

Surtout que pour la photo elle même, qu’est ce qui t’a poussé à la prendre ? Y’a pas réellement une chose qui pourrait « justifier » cette prise de vue. Moment cocasse/étrange ? Lumière intéressante ? Environnement particulier ? Je n’arrive pas à déceler ce genre de chose. Cela fait juste random photo creepy.

C’est pour ça qu’il a posé la question en mode « Bah tu la trouvais juste jolie et tu as pris la photo en flag ».
Ce qui aurait été intéressant, c’est ensuite d’aller la voir, lui dire que tu travailles ou tu comptes faire des séries de portrait de gens dans la rue et prendre un second cliché cette fois-ci dans un tout nouveau contexte. Une sorte d’avant après. J’en sais rien c’est juste un exemple.

Autre chose, tu ne peux pas te servir de l’excuse « c’est de la photo rue tout simplement ». Car on ne peut pas la décrire en temps que tel. D’où également la remarque de @Fennec que je comprends tout à fait.

My 2 roubles.

1 « J'aime »

Je me poses une questions, en quoi de la photo de rue comme on peut en voir souvent est moins cringe du coup?

Le contexte comme je le disais.

Là une nana toute seule, dans une ruelle, prise à la longue focale et surtout « sans raisons particulière » je trouve ça creepy perso. Il n’existe pas de définition préétabli ou cahier des charges pour de la photo de rue. C’est un champ très large, ça peut passer par du photo reportage et du portrait également.

Mais ce qui me gêne le plus, ça reste ma vision personnel, c’est la distance que tu mets avec ton sujet. Quand tu es plus proche de ton sujet, tu as ta présence qui fait parti du contexte. Alors oui cela ne veut pas forcément dire que tu ne peux pas être creepy non plus parce que tu es à 2m de la personne plutôt que 12m (et inversement). Mais avant tout, encore une fois, le contexte.

Exemple concret en prenant des clichés plus ou moins connu :

Ici, à quelques mètres des sujets. Sujets qui sont enfants en plus (encore plus délicat). Mais là ils sont conscients de la présence. La scène également est dynamique, bien cadré, contexte intéressant.

Même chose ici, le sujet regarde la photographe directement

Là même si le sujet ne regarde pas directement le photographe le contexte est encore justifié

D’autres exemples variés, tu vas toujours retrouver les points que j’ai évoqué juste au dessus, la distance avec le sujet, la présence du photographe qui prend le cliché, le contexte « justifié » :

Annotation 2022-09-23 130602

Annotation 2022-09-23 130616

Annotation 2022-09-23 130805
Annotation 2022-09-23 130817
Annotation 2022-09-23 130827


Annotation 2022-09-23 130846
Annotation 2022-09-23 130857
Annotation 2022-09-23 130906

EDIT : Je préfère le repréciser. Je ne détiens pas la vérité ou imposer ma vision. Mais je comprends tout a fait que l’on peut trouver ça un peu chelou ce genre de cliché sorti de nulle part.

5 « J'aime »

Ok cimer, je vois très bien ce que tu veux dire du coup et ouais y’a une grande différence pour le coup haha.

Faudrait demander aux autres, car il y a le genre de photos que j’apprécie que j’ai partagé au dessus qui sont mes ref. Mais j’ai déjà croisé / vu des photographes qui évoluent dans le domaine de la photo de rue utiliser également des focales plus longues (par style, par choix personnel car eux-mêmes ne sont pas à l’aise avec la proximité,etc.) Malheureusement je n’ai pas ce genre de référence à partager tout de suite en tête.

Dans quelque chose tu peux voir avec @Rndmize qui avait fait des séries sur des gens qu’il croisait dans la rue et qui avait attiré son attention par les tenues.
Y’a aussi un blog bien connu comme « The Sartorialist » qui est spécialisé dedans. Mais même lui dans ses photos il est « présent ».

Pour le coup c’est juste le côté personne perdu dans ses pensées/activités qui m’a intéressée

Mais les remarques sont juste
Mais vraiment je crois que je suis pas du tout fait pour ce genre de photos je crois
J’aime pas cette proximité avec le sujet

Enfin bref ca va être supprimée parce que c’est vrai que c’est cringe

Check ce que fait Monaris, elle shoote principalement au 85mm :

Tout dépend de quelle photo de rue.
Et de l’éthique du photographe.

À titre perso, quand la personne est reconnaissable, je considère nécessaire d’avoir son aval, et en général ça se sent parce que ça n’a pas l’air d’un portrait volé. La photo seule ne suffit pas toujours, d’ailleurs, un petit texte explicatif lève les doutes.

Il existe des photographes de rue qui font du pur vol de portrait. Très honnêtement, je n’apprécie ni la démarche, ni le résultat final.

(Je mets de côté la photo de manif qui est encore un autre long débat.)

1 « J'aime »

Pourtant quand tu photographies des gens, ça fait partie intégrante du processus.
Les shooter, leur demander leur avis, aviser. Parfois dans ce sens — pour garder la spontanéité. C’est d’autant plus vrai que tu peux shooter en plan serré.

Ça implique d’accepter de se voir dire non, et c’est la vie en fait. Mais ça fait partie du processus photographique. Et oui ça fait flipper et c’est pour ça que j’évite d’en faire.

Ça évite de voir des portraits de SDF au 200mm avec une post prod super lourde en mode la misère, alors que t’as même pas pris le temps de dire bonjour au mec. C’est super déshumanisant.

Là dessus je suis entièrement d’accord.

Pour les autres exemples c’est toujours assez compliqué, on évolue toujours dans une zone grise. La rue étant un espace publique le droit à l’image est un sujet qui amène souvent à plusieurs débat. Je comprends tout a fait ton point de vue cependant.

Est-ce que si l’on devait systématiquement demandé l’avis de toutes les personnes, cela ne conduirait pas justement à une « limitation créative ». Et cela amènerait par la même occasion des situations complexe.
Genre aller interpeler quelqu’un qui est sur le quai d’en face pour lui demander son autorisation pour publier une photo. Le portrait d’une personne le visage collé à une vitre de bus pendant que celui-ci bouge, on fait comment ? Certains clichés historique, aurait ils pu être pris et partagé si on avait demandé l’autorisation de la personne.

Encore une fois, je ramène tout au « contexte » et on est souvent dans du cas par cas.

@Rndmize , bon exemple de partage merci !

2 « J'aime »

Je rajouterai que ça modifierai aussi, à terme, le rapport aux autres. La notion de droit à l’image « d’un commun de la rue » se transformerait assez vite en « droit à se faire du fric systématique » et on aurait plus qu’à rembaler nos appareils ou faire des photos de personnes sans têtes.

J’avoue que c’est une sujet aussi qui me questionne.

C’est ça le soucis c’est que sujet à interprétation. Si je caricature le truc à l’extrême toutes les photos de rues « volées » peuvent être justifiées, par le contextes, vus que chacun est susceptible d’y voir un truc intéressant pour lui.

Perso, si il faut demander l’autorisation à la fille de la photo de Poulpy, il faut le faire pour toutes personnes ou elle est reconnaissable (comme le dis @Fennec).

La créativité est plus importante que le droit à l’image du sujet?

Je suis pas du tout dans la photo, c’est un truc qui m’intéresse pas trop et j’y connais rien, j’y réfléchis juste comme ça .

1 « J'aime »

Dans mon cas, les photos de rue comme ça
Je recommencerai pas
C’est vraiment pas un truc que j’aime bien
Et j’ai d’autres questions a me poser que la moralité de prendre quelqu’un en photo dans la rue surtout si c’est le sujet principal

Donc je laisse cette pratique a d’autres et je vais continuer à m’intéresser au portrait de personnes que je connais et a l’architecture

Je suis déjà entrain de m’interesser a un autre sujet pour une série

Je te rejoins sur le fait de demander, faut savoir reconnaître les situations ou c’est nécessaires de le faire et celles ou clairement c’est inutile et plus une perte de temps.

Perso c’est surtout quand je sens qu’il y a un malentendu ou une gêne au moment de la prise du cliché et que la personne se pose des questions sur mes intentions. Sans ça, je ne demande pas parce que j’estime aussi que la rue étant un espace publique et du moment que je ne nuit pas à l’image de la personne ou sa dignité alors je suis dans mon bon droit.

Sinon pour donner quelques exemples de clichés pris à longue focale (85mm) en voici quelques uns des miens, puisque j’aime aussi bcp ce que le 85 permet de faire avec la compression c à d vraiment isoler le sujet pour attirer toute l’attention dessus. Que ce soit pour mettre en avant un regard, une tenue ou une émotion.

Après c’est une focale un peu piège aussi parce qu’elle a une connotation « très portrait » et que selon moi elle prend tout son sens quand le sujet est central est pas perdu dans l’image (mais elle peut vite donné une impression « paparazzi » par contre) ou alors quand tu veux t’amuser avec les différents plans de l’image car elle a tendance à donner un rendu trés « flat »

Donc à utiliser en se demandant tjrs « qu’est ce que je veux montrer et pourquoi je déclenche ? »











1 « J'aime »

C’est pas une question de droit, c’est une question d’éthique (personnelle). Et l’éthique dans l’art est une chose importante, surtout quand celui-ci implique d’autres personnes.

Il n’y a pas de réponse absolue, juste des avis.

Le droit est assez permissif pour les photographes, niveau droit à l’image. Mais ça n’est pas la question.

J’ai sensiblement la même pratique :ok_hand:

Préf sur les 6 / 7 et 9 :+1:

Et sinon, moi je fais strictement tout en focales fixes en fonction de mes appareils. Ça dépasse jamais les équivalents max de 50 mm.
Et c’est pas Germaine (enfin je sais pas comment elle s’appelle) qui vous dira qu’elle veut les droits pour met’ sur son internet’

Edit : j’aurais dû tagger @Boras avec #streetheritage quand je l’avais posté sur insta, mais j’ai pas pensé :joy:
Edit 2 : tu remarqueras @Poulpy qu’on a pas les mêmes crush :joy:

4 « J'aime »