đŸ‘šâ€âš–ïž DÉBAT (autour de la mode) (partie 2)

Poly-pocket, pas macro-pocket ! (Je crois que c’est un de mes titres prĂ©fĂ©rĂ©s)

3 « J'aime »

Cette taille de poches, ça passe si elles sont en 3D,avec un certain volume déjà prévu.
Ici, sur des poches plaquĂ©es complĂštement plates, dans une matiĂšre qui a l’air assez rigide, c’est pas du tout pratique pour mettre quelque chose de plus Ă©pais qu’un tĂ©lĂ©phone dedans

5 « J'aime »

Ok, c’est plus clair.

J’en pense que si c’était vrai y’aurait surement deja eu plein de scandales sur ce sujet.
Ca me rappel les discussions avec les gens en mode « oui mais si l’étiquette mens rien ne les oblige a dire la verite Â» alors deja oui ils sont obliges par la loi mais meme en partant du fait qu’effectivement la fast fashion ou le luxe ou Jean Gerard mentirait sur l’étiquette, comment savoir qui ment et qui ne ment pas ?
Je prefere me dire que l’étiquette fait foi et que y’a probablement des contrĂŽles reguliers et tout au long dr la chaine de production qu’un random mec avec ine random machine qui pourrait juste etre un detecteur de mouvement qui affiche tout le temps la emme chose.

@Tyqdip aura surement plus d’infos au dujet des contrîles des etiquettes etc

edit: par contre ya bien eu des drama sur les made in (notamment rick owens dont lusine avait fait fabriquer a Malte une partie de la prod avant de finaliser en Italie pour le made in italy)

Exactement

Et c’est d’ailleurs pour ça que je porte trùs peu de Baker pants ^^

J’ai cru que c’était un troll en voyant les premiĂšres secondes au rĂ©veil :sweat_smile:

tu peux tout à fait légalement faire du par exemple made in Italie, tout en ayant une partie des étapes de prod faites ailleurs.

Je le fais pour du pull, oĂč le fil et le tricotage est fait en Italie, puis les panneaux sont envoyĂ©s en Tunisie pour la confection, puis retour en Italie pour lavage / repassage
Et ca c’est made in Italy par exemple.

C’est rare que ça mente sur les Ă©tiquettes, mais un made in ne veut pas dire « 100% made in Â»

6 « J'aime »

Ouais je sais que les made in sont parfois (souvent ?) biaisĂ©s vu que ça sous entend seulement une Ă©tape de production. Pour le reste je partage ton avis, j’ai jamais entendu de scandale d’étiquettes fausses de matiĂšres, la vidĂ©o m’a interpellĂ© mĂȘme si j’aurais plus tendance Ă  croire l’étiquette que la machine.

C’est comme un fondant au chocolat noir, crĂšme anglaise « fait maison Â» dans les bistrots qui sont juste un assemblage d’un fondant industrielle et d’une crĂšme anglaise sous vide. Mais bon c’est assemblĂ© en cuisine :shushing_face:, donc maison. Krkrkrkrkr

1 « J'aime »

Et y a un magouille du genre avec le made in japan m’avait Thib d arashi

Ils font faire en ThaĂŻlande / chine et je n’ai pas retenu le truc dans la loi sur la valeur crĂ©Ă©e nĂ©cessaire sur le sol pour ĂȘtre made in japan mais y avait soit disant une douille avec le prix de l’import ou je ne sais plus quoi

Des marques bien aimés ici étaient concernées

(Il aurair vu des prods passer avec els ateliers qu’ils connaissaient là-bas)

Ah nan ça c’est diffĂ©rent

Tu as un tax free agreement avec le Japon, mais faut que la trùs grande partie de la Matiere (fil, tissage, teinture, finissage 
) soit fait au Japon

Donc une matiÚre tissée et finie au Japon mais avec un fil made in X, sera pas éligible pour le tax free

Ça doit ressembler aux rĂšgles pour le Made in Switzerland : il te faut un % de la valeur ajoutĂ©e produite au Japon.

Un exemple selon ma comprĂ©hension et pour grossir exagĂ©rĂ©ment le trait (parce que c’est forcĂ©ment pas aussi simple) :

  • Ton vĂȘtement est produit en quasi intĂ©gralitĂ© par un seul ouvrier chinois sauf la couture des boutons
  • Les boutons sont cousus par un employĂ© japonais qui est payĂ© plus cher pour cette tĂąche que l’employĂ© chinois qui a fait tout le reste du taf
  • ==> made in japan

C’est comme ça qu’on a des montres suisses avec une grosse partie du boulot fait en Chine, donc pas surprenant que ça marche pour les fringues

4 « J'aime »

Oui javais bien compris c’est plutot dordre ethique que le probleme se pose (oui oui je nourri les travailleurs italiens mieux payes mais en fait non).
Je parlais plutot des soucis de matieres fake oĂč tu dois avoir plus d’insight mais tu y as repondu plus bas :stuck_out_tongue:

C’est trùs proche de ça en gros voilà :pray:t3:

AprĂšs c’est du tĂ©lĂ©phone arabe, je ne l’ai pas vu de mes propres yeux

Mais je serais tres peu surpris ^^

3 messages ont été fusionnés à un sujet existant : :question: Questions en vrac (partie 2)

Le fit sur lui est catastrophique. Torse ultra large et manches bien trop fines. Y a rien qui va selon moi.

Si je dis pas de bĂȘtises

Selon le code des douanes (du moins le bouquin de référence pour les douanes)
Le pays d’origine d’une piece manufacturĂ©e est le pays oĂč l’objet Ă  eu la transformation la plus significative

Sauf que a tout les coups, cette rĂšgle ne s’applique que dans le cas de la tarification douaniĂšre et non pas sur les Ă©tiquettes de confection

Je vais aller fouiller pour trouver l’article je reviens

"M. Raymond Couderc attire l’attention de Mme la ministre du commerce extĂ©rieur sur la dĂ©termination du pays d’origine d’une marchandise.
Lorsqu’une marchandise est importĂ©e d’un pays tiers vers l’Union europĂ©enne, afin de dĂ©terminer son pays d’origine, il est fait usage des critĂšres fixĂ©s par le code des douanes communautaire (article 23 et 24).
Ainsi, conformĂ©ment Ă  l’article 24 du code des douanes communautaire, la marchandise est rĂ©putĂ©e originaire du pays dans lequel a eu lieu la derniĂšre ouvraison ou transformation substantielle, pourvu que la rĂšgle de liste ait Ă©tĂ© respectĂ©e dans ce dernier pays : Ă  savoir le changement de position tarifaire, le critĂšre de la valeur ajoutĂ©e ou le critĂšre de l’ouvraison spĂ©cifiĂ©e.
NĂ©anmoins, si le pays d’origine ne peut ĂȘtre dĂ©terminĂ© malgrĂ© l’application de ces rĂšgles, la dĂ©termination du pays d’origine doit alors rĂ©pondre Ă  l’une des nombreuses rĂšgles rĂ©siduelles, rĂ©pondant aux critĂšres d’origine des matiĂšres utilisĂ©es, ou s’il existe plusieurs pays, le lieu dont la majoritĂ© de la matiĂšre (dĂ©terminĂ©e au prorata du tarif de chacune) est originaire.
Ainsi, une assiette en porcelaine produite en Chine puis dĂ©corĂ©e au Pakistan oĂč y est incorporĂ© un dispositif d’accrochage, aura pour origine le Pakistan, et ceci bien que la majoritĂ© de la production ait Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e en Chine, car il rĂ©pondra au critĂšre de changement de position tarifaire - non du fait de la dĂ©coration de l’assiette mais du fait du dispositif d’accrochage ajoutĂ© qui modifiera le caractĂšre intrinsĂšque de l’objet et donc sa position tarifaire.
Ce mode de dĂ©termination est particuliĂšrement complexe et peut laisser penser aux consommateurs Français qu’ils achĂštent des produits fabriquĂ©s en Europe (en soutenant l’économie europĂ©enne et en attendant un certain nombre de garanties au niveau de la fiabilitĂ© de leurs produits) alors que ces produits sont simplement finalisĂ©s en Europe et que la majoritĂ© de la production a eu lieu dans d’autres pays.
Aussi, afin de valoriser le « made in France » et le « made in Europe » et de faire travailler nos entreprises, ne serait-il pas intĂ©ressant de modifier les paramĂštres de dĂ©termination du pays d’origine d’une marchandise en prĂ©voyant de porter les valeurs dĂ©terminantes Ă  au moins 65 % du prix dĂ©part d’usine (PDU) en incluant main d’Ɠuvre et piĂšces dans le mode de calcul ?
Il lui demande donc de bien vouloir lui prĂ©ciser les mesures que le Gouvernement entend prendre pour valoriser le « made in France » et le « made in Europe » et comment il envisage de simplifier la lisibilitĂ© du pays d’origine des marchandises proposĂ©es Ă  la vente en France."
https://www.senat.fr/questions/base/2013/qSEQ130405859.html

Alors c’est pas exactement ce que j’avais retenue, c’est pas forcĂ©ment l’étape demandant la plus grande transformation (genre crĂ©ation de l’assiette comme dans l’exemple) mais l’étape qui envoi dans la grille tarifaire douaniĂšre dĂ©finitive.

AprĂšs c’est pour l’UE, le reste du monde, comme vous vous en doutez c’est diffĂ©rent.

2 « J'aime »

Un reportage arte sur la mode
TrÚs orienté sur les messages politiques de la résistance

Ca parlera pas a tout le monde et c’est une mode façon artiste engagĂ© qui est montrĂ©e ici

2 « J'aime »

Quand on parlait du problĂšme d’authentification avec des services comme « Vinted Â» , lĂ  c’est un autre level et ça prouve bien que rien n’est au point :

4 « J'aime »

J’espĂšre que ce genre de vidĂ©os pourra faire rĂ©agir les marques/plateformes, car c’est un vrai sujet. Par contre le frĂ©rot va finir par se prendre un procĂšs.

1 « J'aime »

Ouch


Je me demande comment il se blinde derriĂšre.